La Mérule : un adversaire de taille dans votre maison

Maison

Bien des fois, certains parasites empêchent l’homme de vivre tranquillement chez lui. Outre les punaises de lit, les rats, d’autres nuisibles comme le mérule apparaissent aujourd’hui comme les grands envahisseurs de maison. Ce champignon, à la différence des autres nuisibles, s’attaque principalement au bâtiment et contribue considérablement à sa dégradation. Visible seulement lorsqu’il se met en action, le mérule cause de nombreux dégâts tant au bâtiment qu’à l’homme. Voici en détail tout ce qu’il y a à savoir sur ce parasite des foyers !

Qu’est-ce que le mérule ?

Encore appelé serpula lacrymans ou « pourriture brune », le mérule désigne un type de champignon qui se retrouve seulement chez les conifères des forêts boréales. S’il arrive à s’introduire dans les maisons, c’est notamment grâce à l’action de l’homme. En réalité, lorsque les humains exploitent et transforment ces essences végétales en bois de construction, les spores présentes dans le bois sont également transportées en milieu urbain.

D’après les conclusions de nombreuses recherches sur ce champignon, le mérule a évolué pour s’adapter à l’environnement créé par l’homme. Aujourd’hui, ce nuisible n’existe plus à l’état naturel sous sa forme originelle. L’analyse du génome de ce parasite a montré que ce dernier est devenu totalement dépendant de l’homme. C’est la raison majeure pour laquelle il est présent presque uniquement dans les foyers.

De quoi se nourrit-il ?

L’alimentation du mérule se compose de divers matériaux qui se trouvent à l’intérieur des maisons. Sa première source de nutriment reste la cellulose du bois. Outre ce dernier, ce champignon a aussi besoin du calcium et du fer pour se développer. Ainsi, il n’hésite pas à s’en prendre aux éléments suivants :

  • plâtres,
  • briques,
  • métaux, etc.

Il existe aussi plusieurs autres matériaux, pourvu qu’ils soient riches en fer ou en calcium.

Dans quel type d’environnement vit le mérule ?

Le mérule déteste la lumière du jour. Le plus souvent, il se cache dans des endroits sombres bien ventilés avec une préférence pour les bois, dont l’humidité varie de 30 à 40 %. Sous une température comprise entre 3 °C et 26 °C, le mérule mène une vie paisible et se développe rapidement. Coriace, il est capable de survivre dans des environnements qui affichent des températures extrêmes.

Quels sont les dégâts que cause le mérule ?

À l’image d’autres nuisibles de la maison, le mérule crée beaucoup de dégâts lorsqu’il s’installe quelque part. C’est le destructeur le plus dommageable pour les divers matériaux d’un foyer. Chaque année en Europe, le montant des dégâts causés par ce parasite avoisine les 350 millions d’euros. Une preuve que ce champignon est un véritable cauchemar pour le confort des hommes.

Présent généralement dans le bois, le mérule est capable de survivre dans tous les matériaux. En plus des briques et des plâtres évoqués plus haut, il peut aussi s’attaquer aux mortiers, à la pierre et à tout objet ou élément composé de fer. Ses spores peuvent rester au sommeil pendant plusieurs décennies pour finalement se transformer le moment idéal venu.

Comment déceler la présence du mérule ?

Il est très difficile de détecter la présence du mérule dans une maison. Comme souligné précédemment, ce nuisible est capable de s’hiberner pendant de nombreuses années, voire des décennies. De plus, il se cache dans des endroits péniblement accessibles (arrière des plaques de plâtres, des lambris, dans des vides sanitaires). Dans ces conditions, il est extrêmement difficile de le remarquer plus tôt à moins d’opter pour une démolition.

Lire cet article  Kozikaza : logiciel indispensable pour les architectes

Le mérule est un excellent colonisateur qui ne perd pas de temps à envahir une maison. En effet, il possède un système de transport bien élaboré via un réseau de rhizomorphes (une sorte de microracine). Plus grave, lorsqu’il apparaît dans un foyer, il est capable de coloniser en très peu de temps l’ensemble des environnants, autrement les résidences des voisins.

La seule solution pour déceler sa présence est le prélèvement et l’analyse au laboratoire des matériaux. Cet examen consiste à vérifier si ces matériaux conducteurs ne contiennent pas déjà des spores. Malheureusement, cette solution n’est pas toujours efficace. En plus, elle est longue et coûteuse. C’est pourquoi il est toujours indiqué d’agir très vite lorsque vous remarquez que le mérule s’est mis en action.

Le mérule, un champignon nuisible pour la santé ?

Le mérule ne dégage pas de substances chimiques ou organiques toxiques et très dangereuses pour la race humaine. Toutefois, cela ne fait pas de lui un champignon inoffensif pour autant. En réalité, de nombreuses études ont déjà établi un lien entre l’existence d’asthme avec ce champignon. Ainsi, il a été clairement mis en évidence que chez les sujets atopiques et asthmatiques, ce parasite est bien une source de bronchites fréquentes.

Par ailleurs, la présence du mérule quelque part signifie que cet endroit affiche un taux d’humidité très important. Cela peut donc entraîner l’apparition d’autres nuisibles et favoriser la présence d’acariens. Vu que chaque être humain possède un organisme qui lui est propre, il est alors possible que toutes les personnes ne répondent pas de la même manière au contact d’un parasite. Le fait que le mérule ne représente aucun danger pour une personne peut donc évoluer. C’est pourquoi il faut se montrer extrêmement prudent.

Comment se débarrasser du mérule ?

Il existe de nombreuses solutions pour venir à bout du mérule. Le traitement par air chaud et le traitement chimique classique constituent les principaux moyens de lutte contre ces nuisibles.

Le traitement par air chaud

Le traitement par air chaud consiste à exposer le bâtiment envahi par le mérule à une forte humidité et à une chaleur intense. À l’aide des appareils de chauffage, vous pouvez faire monter la température intérieure de la maison à 53 °C. Les coniophores, les mérules, les punaises de lit et autres champignons ne survivent pas à cette température létale. Ce traitement permet de traiter efficacement ce champignon et surtout sans dégrader le bâtiment. Il est agréé selon la norme NF CE 14128.

Le traitement chimique classique

Le traitement chimique classique désigne la seconde solution basée sur l’utilisation de produits chimiques spécifiques. Contrairement au traitement par air chaud, le traitement chimique classique est long, coûteux et destructif. Il traite localement le mérule. Vous pouvez l’utiliser lorsque vous constatez que ce champignon n’est présent qu’à un seul endroit.

En résumé, le mérule représente un sérieux danger pour les bâtiments. Capable de coloniser un vaste espace en peu temps, il détruit tout sur son passage. Heureusement, des solutions efficaces existent pour s’en débarrasser le plus rapidement possible.

portrait-agnes-perrin

Agnès Perrin - Jeune rédactrice, Agnès est spécialisée dans la décoration d’intérieure. Sensible à l’écologie, son objectif est de vous sensibiliser et vous donner des solutions pour agir.